La beauté rouge de Pékin - 北京 - Hubert Kilian
La beauté rouge de Pékin - 北京
Pékin, cité impériale aux échelles de grandeur célestes, capitale défigurée par l’ambition économique et boursouflée par le pouvoir. Sa beauté rouge éclabousse son immensité grisâtre qui scintille dans un soleil pâle. On distingue de monumentales avenues qui éventrent des paysages d’immeubles sur lesquels on lit les époques et l’idéologie, des horizons barrés par les périphériques, des murs, des grillages et des cerbères, le vertige fait tousser.

Dans les cités du bonheur socialiste, au pied des immeubles décatis, on croise de vieilles Pékinoises à la mise austère et au regard sévère, d’autres vulgaires, clope au bec et tenue débraillée. Des types à la gouaille bruyante et au ventre gras vous interpellent pour des échanges hilares. La mine glaciale et le sourcil froncé, des sbires rodent. Derrière les portes entrebâillés qui mènent dans les profondeurs obscures des abris anti-aériens, on aperçoit des silhouettes cassées aux yeux écarquillés. Et sur les trottoirs, les accroupis, souvent hébétés, regardent sans voir, la figure abîmée posée sur des genoux fatigués.

Dans cette alternance infinie et brutale de vétusté et de modernité, de bric-à-brac et de tours délavées, on croise des gens de partout et d’ailleurs, cabrés sur leur survie, ivres, brisés, avantageux ou rigolards, ils sont tous des gens de Pékin.

Série réalisée en avril 2015 en Kodak TriX 400/135
Top